Au début j’ai pensé que c’était juste une dépression parce que je me sentais mal dans mon couple, mal dans ma vie de mère au foyer qui ne sortait pas beaucoup…
Et puis les mois ont passé, les années…
Je me suis inquiétée de savoir combien de fois cette dépression allait rechuter, quand j’allais enfin m’en sortir, aujourd’hui je sais que je n’en sortirai jamais !

J’ai vu plusieurs psy, j’ai eu plusieurs traitement anti dépresseur, anxiolytique et un peu plus tard, on m’a mise sous théralite, régulateur d’humeur a base de lithium, mais je ne savais toujours pas que j’étais une bipolaire.

Durant les 4 années où j’ai pris le théralite, ma bipolarité s’est stabilisée. Beaucoup moins de « dépression pure et dure » mais toujours un mal être persistant avec des périodes de déprime suivant les aléas.
Mais plus du tout de pic positif non plus… Comme si on me volait ma vie, mes sensations, mes gros maux aussi, certes, mais une vie finalement très plate.
On m’a expliqué que c’était le prix à payer pour ne pas rechuter, ne pas aller super bien pour éviter d’aller super mal.
J’ai accepté le deal, comme une bonne élève et j’ai pris scrupuleusement mes médicaments qu’on m’avait annoncé devoir prendre certainement toute ma vie !

Il m’arrivait d’oublier ma dose entière et je sentais le mal revenir, alors les jours suivants je reprenais mes médicaments jusqu’à les oublier une fois suivante… Grace à cela je me suis effectivement rendu compte que le théralite était une sorte de barrière qui me permettait d’être protégé.
Oui je n’avais plus piqué un fou rire depuis 4 ans, je n’avais plus de sensation, plus l’impression de savoir ce que ça voulait dire aimer un homme, tomber amoureuse, m’amuser, rire, me sentir vraiment bien… Mais en échange, les idées noires me foutaient un peu la paix, elles étaient la certes, toujours présentes, mais elles me laissaient un peu de répits.

Il y a un mois, j’ai du arrêter le théralite incompatible avec un traitement cardiaque dont j’ai vitalement besoin… Il a fallut que je choisisse entre soigner ma tête ou soigner mon cœur… Ce dernier me parait plus important dans l’absolue et j’espère pouvoir reprendre le théralite quand le cœur ira mieux.
J’ai perdu mes barrières et je sens le mal revenir, même si je le chasse de ton mon être dès que j’arrive à en trouver l’énergie. Mais il est là, tout prêt, je le sens, je le sais.
J’ai peur de replonger, même si je sais que les anti dépresseur peuvent être une « solution » provisoire (je n’en ai plus pris depuis 4 ans, depuis que j’étais sous théralite), peur que mon état s’aggrave et que ce mal être que je traine depuis des années s’accentue !

Je suis avide de trouver des solutions, peut être une hygiène de vie qui pourrait m’aider à traverser ce tunnel que je perçois déjà comme très sombre.
Je veux m’en sortir, je ne veux pas sombrer…