Au fil des jours je la découvre, j’apprends à l’accepter… Je me rends compte que discuter avec des personnes qui souffrent des mêmes maux que moi me fait du bien. Ça me permet aussi d’en parler moi qui en parle si peu autour de moi.
J’apprends par l’expérience d’autres bipolaires et je tente, de mon côté, à aider, écouter, conseiller, donner de mon expérience… Même si parfois je me sens maladroite, je ne sais pas quoi dire, comment réconforter…

Mais comment aider lorsqu’on sait qu’en cas de crise, rien ne marche ?

Nous vivons tous notre bipolarité très différemment, nous avons tous des degrés de la maladie plus ou moins élevés, tous nos failles, nos doutes, nos moments noirs…
Mais nous ne sommes plus seuls…
En tout cas plus seuls à souffrir de bipolarité.

J’espère arriver à trouver comment vivre sereinement, anticiper les moments de crises ou je vais sombrer dans la déprime et trouver peut être le « remède » (pas d’un point de vu médical) qui m’aidera à garder la tête hors de l’eau, quoi qu’il arrive.