En découvrant la bipolarité au fil de mes lectures, je me rends compte à quel point la maladie influence mon quotidien…

Je ne sais pas depuis quand je suis bipolaire, j’en ai déduis que le choc psychologique et  émotionnel que j’ai eu lors du divorce de mes parents en était peut être la cause, j’avais 10 ou 11 ans, mais certains « symptômes » sont apparus avant.

J’ai toujours été une petite fille ultra sensible, ayant la larme très facile au point de me faire réellement du mal lorsque je décevais l’un de mes parents…

Après, ou s’arrête le trait de caractère réel et ou commence la bipolarité je n’en sais rien…
En tout cas elle n’a rien du arranger !

Je comprends aujourd’hui que ma personnalité, mes traits de caractère, mes failles, mes faiblesses, sont grandement dictée par cette maladie.

Ne pas supporter la hiérarchie, avoir l’impression d’être une rebelle, d’abord avec mes parents, puis avec les profs, puis avec mes supérieurs professionnels…

Les conflits familiaux, amicaux ou sentimentaux qui m’ont souvent amené à penser que je n’étais pas aimé, qu’on ne s’occupait jamais de moi (même si parfois j’ai quand même bien l’impression que c’était le cas). D’avoir cette impression d’être le vilain petit canard boiteux… Avoir ce besoin vital d’exister dans le regard des autres…

Les relations compliquées que j’ai toujours eus avec les hommes, me faisant passer souvent pour la victime quand j’étais souvent la « castratrice », la colérique et la fouteuse de merde… Ne pas supporter à la fois qu’on me colle trop ou paradoxalement qu’on s’éloigne trop… La peur de l’abandon, de l’infidélité, du mensonge, de la trahison (et tout autre sentiment d’insécurité que j’ai toujours mis sur le dos du fait que ma mère soit partie vivre avec un autre homme quand j’avais 11 ans).

Ces colères régulières que je reporte sur mon partenaire, souvent ou sur d’autres personnes autour de moi…

J’ai toujours considéré que j’étais une sorte de monstre avec un caractère à la con qui ne savait faire que du mal autour de moi, qui n’arrivait pas à tout comprendre et qui surtout était incomprise, hors du commun… Ce maque énorme de confiance en moi, cette culpabilité omniprésente, cette peur de tout et de tout le monde, ce stress et cette angoisse au fond du ventre pour tout et pour rien…

Serai ce la maladie qui m’a rendu comme tel ? Ou une réelle personnalité vraiment à la con ?

Egalement ce plaisir d’écrire et au fil des années un véritable besoin, cette facilité de le faire, de pouvoir exprimer tout ce que j’exprime (je tiens un blog depuis 4 ans), cette écriture qui m’apaise et me fait un bien énorme, comme un exutoire …

Cette intuition également, que je lis souvent dans vos messages, qui nous fait ressentir les choses plus fortement que n’importe qui d’autre…

Ou s’arrête la véritable personnalité et on commence la maladie ?
Si je n’étais pas bipolaire, serai je tout cela ?

Est-ce que tout ce que je suis est dictée par notre maladie ?

Avez-vous tous ces « symptômes » ?  Comment les vivez-vous ?

Connaissez-vous tout cela vous aussi ?
Comment savoir ce qui a déclenché la bipolarité ?